MEXICO dans ta face
Une vie de voyages en photos et en histoires vécues
Terreur sur la route
Categories: M e x p a t

TF1 journal de 20h, hier, résumé : « Le permis de conduire terrorise chaque année près de 1,5 million de candidats. Plus difficile que le bac, très cher, très long aussi… Face à ces difficultés, certains n’hésitent plus à tricher et à prendre le volant sans permis.»
Wow ! Le permis de conduire terrorise ? Ce ne serait pas plutôt la conduite qui serait totalement terrorisante ? j’ai sans doute perdu le sens des réalités… j’ai passé mon permis de conduire il y a une vingtaine d’années alors je ne me souviens plus bien. Il n’y avait pas de radars ni de permis à point… Pour tout dire, je n’ai même pas connu ça, j’ai quitté la France il y a si longtemps ! Et avec les pays où la vie m’a emmené, je crois que j’ai pris de bien fâcheuses habitudes. Je me faisais la réflexion justement ce matin au volant. En France, j’aurai perdu tous mes points durant ce seul voyage ici à Mexico… s’adapter, encore et toujours.
Petit QCM rapide à la Mexicaine ? c’est parti ?:
“Sur une grande avenue mal éclairée, vous arrivez à une intersection avec un feu tricolore rouge” :
a) vous klaxonnez, histoire de faire quelque chose.
b) vous ralentissez, comme si vous alliez vous arrêter, puis démarrez en trombe.
c) vous vous arrêtez, pour attendre le feu vert.
d) vous zigzaguez au max pour griller quelques places dans le trafic, histoire de passer devant tout le monde
Pas facile hein ? mais non…., toutes les réponses sont valides, sauf la c (et oui il y avait un piège!). Le feu est l’endroit idéal pour se faire braquer, alors mieux vaut éviter les embrouilles… De toute façon, je suis daltonien, je n’ai jamais su la différence entre le vert et le rouge…
Bon, on s’en fait un autre petit histoire de vérifier si vous êtes à niveau :
Sur une autoroute à trois voies, un camion bondé se traîne sur la piste du milieu :
a) vous klaxonnez, histoire de faire quelque chose…
b) vous contrôlez dans le rétroviseur que la voie de gauche est libre, mettez le clignotant, et dépassez prudemment le véhicule lent.
c) vous vous rabattez brutalement à droite, passez de la position “drive” à “sport” sur votre boîte tiptronic, mettez le pied à fond sur l’accélérateur, et doublez en trombe cet enfoiré qui se traîne
d) queue de poisson à gauche sans clignotant, appel de phares appuyés pour dégager la voie, et accélération au rupteur histoire de sentir le turbo rugir à mort.
Mmmmmmh, pas facile hein? attention! un piège c’est encore glissé dans ce QCM… Et oui bien sur ! la réponse correcte est a+c ou a+d, la b étant beaucoup trop dangereuse !
Bref, pas de quoi être terrorisé…
“Oui, Monsieur l’Agent, j’ai passé mon permis ici à Mexico”. C’est devenu obligatoire cette année. Votre permis français si coûteux, que vous avez payé si cher, au prix de tant de patience n’a pas cours par ici. Pas de problèmes, il suffit de prendre un rendez-vous auprès de l’autorité compétente et de se rendre ponctuellement dans ladite administration. On vous demandera votre identité (passeport) et votre FM3, (visa). Après une modeste attente (et une modeste somme de 500 pesos, soit 30 euros), une employée à énorme décolleté, les nichons prêts à exploser de son chemisier blanc, vous recevra en mâchouillant un chewing-gum langoureusement. Elle aura bien du mal à entrer votre nom dans l’ordinateur… c’est les faux ongles qui seront responsables des coquilles dans votre immatriculation. Puis un autre préposé au “tramite” vous tirera le portrait, et en quelques minutes vous serez l’heureux propriétaire d’un joli permis de conduire à votre effigie ! elle est pas belle la vie? qui a dit que le permis était terrorisant?
Puis on se met à réfléchir, et on se dit qu’a aucun moment on ne vous demandé votre permis français… hum… Donc cela signifie que tous ceux qui conduisent au Mexique on eux aussi simplement acheté leur permis ? non bien sur… beaucoup ne s’encombrent même pas de cette formalité… surtout les valets de parking… ceux à qui vous laissez le soin de garer votre bijou pour aller manger dans un resto… terrorisant vous avez dit ?
Étrangement, il existait avant un examen théorique et pratique au Mexique. Mais le gouvernement a préféré renoncer pour couper court à la corruption : bon ou mauvais à ces examens, il fallait de toutes façons glisser une enveloppe à l’examinateur pour espérer avoir son permis… comme quoi, la terreur est toute relative…

La preuve en images, sur un Toluca-Mexico avec un clin d’oeil a Etienne et le GIG, fans de time laps, dans l’enfer de mon trajet quotidien…ICI

2 Comments to “Terreur sur la route”

  1. etienne says:

    c’est la classe ce time lapse !!!!!!!!
    (il fait plus de 999 images, non ?)
    e.

  2. Céline says:

    excellent! Je suis surprise de l’état des routes qui, à cette vitesse en tout cas, a l’air bien meilleur que l’idée que je m’en faisais!

Leave a Reply